fbpx

Par : Ftom Yoga

Être enceinte n’est pas une maladie c’est même une bénédiction pour beaucoup de femmes. A une ère où les grossesses sont plus tardives, le rapport à la maternité diffère des générations passées, comment vivre paisiblement une grossesse ? Pour adèptes de cette chronique, la réponse est simple : yoga ! Oui mais pas que… et c’est là tout l’intérêt de cet écrit pour entamer cette nouvelle année.

 

 

 

 

 

Il est de réputation que le yoga ainsi que d’autres disciplines holistiques sont bénéfiques pour les femmes enceintes, voire recommandées. Faut-il attendre d’être enceinte pour pratiquer le yoga ? Ou mieux encore : Pensez-vous que l’on attend vraiment d’être enceinte pour pratiquer le yoga ? Ma réponse serait : absolument pas ! La pratique du yoga a lieu à partir du moment où l’on est à l’écoute de soi, donc de son corps et de son mental.

Femme enceinte, un état d’être
Certes s’exercer à développer ses muscles, étirer son corps en profondeur ne peut apporter que du bon, donc : s’écouter c’est vivre yoga.
Lorsque l’on porte un enfant en soi, on porte la vie, une graine a été semée, il est à présent nécessaire d’en prendre soin pour la faire pousser au mieux et dans les meilleures conditions. De quoi aurait besoin une graine pour donner un bel arbre ? Une terre fertile, de l’eau, du soleil, de la patience, du temps, du respect ; un processus comparable à celui d’une une grossesse. En effet, après fécondation il est nécessaire de nourrir, dorloter, donner du temps (9 mois), agir selon le développement du fœtus, respecter ses besoins et son évolution comportementale. La femme enceinte vit deux vies à la fois durant 9 mois, elle a encore plus besoin de connexion mental/corps.

Femme enceinte, un état d’esprit
La connexion au bébé est un lien magique que la mère développe avec son enfant dès la conception, pour la vie. Le lien maternel est en chacun de nous ! Nous le transmettrons à nos enfants, qui en feront de même et ainsi de suite à chaque nouvelle génération. Ce lien est réciproque ! Ce que vit la mère, l’enfant aussi le vit de l’autre côté du miroir. Lorsqu’une femme enceinte a faim c’est que le bébé réclame. Lorsque la maman est triste c’est le bébé qui reçoit l’information, l’émotion et la ressent… L’état d’esprit de la femme enceinte est extrêmement important pour préparer au mieux l’arrivée de cet enfant dans le monde qui l’attend !
1. Aux premiers mois de grossesse, avoir des petits moments dialogues internes avec bébé pour lui souhaiter la bienvenue dans la vie du ménage. Lui signifier qu’il est souhaité, qu’il a toute sa place.
2. Une fois le fœtus formé, prendre le temps d’accepter les changements de votre corps, pour le considérer comme le cocon de sécurité de développement de votre bébé. Peut-être que certaines éprouvent le sentiment que leur corps ne leur appartient plus, ce qui est faux, puisque vous avez émis le choix d’accueillir cet enfant… les changements de votre corps sont temporaires.
3. Autour du sixième mois de grossesse vous pouvez discuter avec bébé, mais vraiment ! Lui parler de votre joie de vivre ces mois-ci en totale communion avec lui, lui raconter/lire des histoires, voire lui chanter les chansons qui vous touchent.
4. A l’approche de l’accouchement communiquez avec bébé ! Parlez-lui de vos craintes pour lui proposer d’œuvrer ensemble à sa venue au monde avec le maximum de douceur. Décrivez-lui sa chambre, maximiser les moments d’échanges et de transmission de bienveillance.

Nos conseils yoga pour une femme enceinte
Les changements du corps sont à accepter avant tout, ensuite vient la phase du choix des exercices à faire pour :
– Éviter la rétention d’eau, on optera pour des marches régulières à un rythme agréable mais aussi pour une position allongée fessiers contre mur et pieds vers le plafond posés au mur (10 min au maximum).
– Passer outre nausées causées par la grossesse, on établira un diagnostic avec un nutritionniste selon les réactions à certaines saveurs et on écoutera le corps.
– Prévenir les inconforts de bas du dos, on privilégiera des étirements de la colonne vertébrale réguliers, quotidiens.
– Maintenir une musculature, on continuera sa pratique yoga en respectant les instructions du professeur ou on s’inscrira à un programme de yoga prénatal.
– Maitriser la respiration, on apprendra ça en cours de yoga (voire yoga prénatal) ou on fera appelle à une professionnelle de la préparation à l’accouchement.

Quoi de mieux qu’une période de renaissance, de démarrage pour rendre hommage à ce qui précède la vie : la grossesse ? En étymologie, « enceinte » signifie « qui ne porte pas de ceinture ». La femme enceinte serait ainsi celle qui évite le combat (ceinture de la guerrière) et la contrainte alimentaire (dans le sens de la privation). De ce fait celle qui porte la vie en elle est à protéger, choyer et cocooner. À ne pas oublier que tout commence en soi et par soi-même… La grossesse change la perception du yoga, l’approche est différente, car il s’agit d’aligner deux être distincts, mais en un même processus. Il est donc fort recommandé de vous entourer de professionnels pour prendre soin de vous sans interruption jusqu’à ce que votre corps retrouve sa structure initiale au complet. La préservation de votre corps a autant d’importance avant qu’après l’accouchement. Je me joins à toute l’équipe pour souhaiter une belle grossesse à la future maman qui lit ce texte et une joyeuse naissance aux petits anges à venir pour 2021.
Namaste – Ftom Yoga