fbpx

Kenza Barrada crée des bijoux au supplément d’âme. L’âme, celle des femmes qui ont marqué de l’Égypte ancienne à la mythologie grecque. Après avoir fait de longues études à Paris, la créatrice marocaine s’envole à Bali après une déception professionnelle qui devait la mener à Dubaï, et semble trouver son chemin. «C’est une île particulière. Bali vous accepte ou vous rejette. Et si elle vous accepte c’est que vous devez y faire quelque chose» confie celle qui décide de créer des bijoux localement, faits mains, aussi authentiques que pensés différemment.

 

 

«Ces bijoux, je les crée pour permettre aux femmes d’être fortes et indépendantes».

Des bijoux ethniques, qui puisent dans la richesse de l’Afrique et l’Égypte antique , qui mettent en avant la femme. Esprit libre et indépendante, Kenza Barrada fait voyager le talent marocain à l’international puisqu’elle habite entre Bali et Miami. Après des études à l’École des nouveaux métiers de la communication et l’école internationale de marketing du luxe à Paris, elle décide de prendre son envol et de créer sa propre marque. Des bijoux tout droit sortis d’un rêve, des tripes, travaillés entièrement à la main par des artisans balinais. Des manchettes aux boucles d’oreille longues et géométriques, en passant par les chaînes, les collections rappellent Nefertiti, les Masaï, les femmes Berbères. Les créations Kasha Bali sont également présentes dans plusieurs concept stores à travers le monde : Casablanca, Miami, Abidjan, Singapour, Paris, Los Angeles.