fbpx

L’un des cadeaux les plus importants que nous pouvons offrir à nos enfants est le temps de jouer, à la fois en famille et seuls. Trouver du temps pour jouer avec les enfants peut être un défi si vous travaillez, gérez un ménage et relevez les nombreux défis quotidiens de faire avancer les choses. Mais le jeu n’est pas facultatif. Il est essentiel.

 

 

Le bébé a beaucoup progressé grâce à vous et aux jeux que vous effectuez avec lui. Il a écouté le mobile, mordillé avec ses dents en partant à la conquête du monde, il a touché le « pareil », le « pas pareil », il a fait répéter les bruits qu’il a entendus dans le bain, il a joué à l’apparition et à la disparition pour devenir autonome.
M. Rufo, Pensées de bébés.

 

Le jeu est considéré comme si important pour le développement de l’enfant qu’il a été reconnu par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme comme un droit de chaque enfant. Le jeu – ou temps libre et non structuré dans le cas des enfants plus âgés et des adolescents – est essentiel au bien-être cognitif, physique, social et émotionnel des enfants et des jeunes. Jouer en famille tisse les liens d’amour et de connexion qui unissent les membres de la famille.

Le jeu est nécessaire pour un développement cérébral sain.
75% du cerveau se développe après la naissance d’un bébé, entre la naissance et le début de la vingtaine. Le jeu de l’enfance stimule le cerveau à établir des connexions entre les cellules nerveuses. C’est ce qui aide un enfant à développer à la fois la motricité globale (marche, course, saut, coordination) et la motricité fine (écriture, manipulation de petits outils, travail manuel détaillé). Jouer pendant l’adolescence et à l’âge adulte aide le cerveau à développer encore plus de connectivité, en particulier dans le lobe frontal qui est le centre de planification et de prise de bonnes décisions.

Le jeu stimule l’imagination et la créativité de votre enfant.
Des études ont montré que les enfants qui sont encouragés à utiliser leur imagination sont plus créatifs dans leur vie d’adulte. Bien que l’expression artistique soit certainement importante, la créativité ne se limite pas aux arts. La créativité aide également les gens à trouver des façons nouvelles et innovantes de faire les choses et à inventer de nouveaux produits qui rendent nos vies plus productives, plus faciles ou plus divertissantes. C’est la capacité de «faire croire» qui peut amener l’esprit des gens dans des endroits où personne n’est allé auparavant.

Le jeu développe la fonction exécutive du cerveau.
La fonction exécutive fait référence aux compétences mentales qui nous permettent de gérer le temps et l’attention, de planifier et d’organiser, de se souvenir des détails et de décider de ce qu’il convient de dire et de faire dans une situation donnée ou non. C’est aussi ce qui aide les enfants qui grandissent à apprendre à maîtriser leurs émotions et à utiliser leurs expériences passées pour comprendre ce qu’il faut faire dans le présent. Ce sont les compétences essentielles à la maîtrise de soi et à l’autodiscipline. Les enfants qui ont une fonction exécutive bien développée réussissent bien à l’école, s’entendent bien avec les autres et prennent de bonnes décisions.

Le jeu développe l’«ouverture de l’esprit» d’un enfant.
Le«ouverture de l’esprit» est la capacité de marcher dans la peau d’un autre. Les enfants qui jouent beaucoup de «faisons semblant» apprennent à comprendre ce que leurs différents personnages penseraient et feraient. S’engager dans des jeux de simulation avec les autres nécessite de comprendre les pensées et les sentiments des camarades de jeu. Une ouverture de l’esprit bien développée augmente la tolérance et la compassion de l’enfant envers les autres et augmente sa capacité à jouer et à bien travailler avec les autres.

 

Que se passe-t-il vraiment pendant le jeu?
Les chercheurs et chercheuses ont pu mesurer la relation dynamique entre l’activation neuronale et l’interaction sociale. L’interaction sociale entre les tout-petits et les adultes est beaucoup plus transactionnelle qu’il n’y paraît.
Lorsque nous regardons dans les yeux d’un bébé, et que le bébé nous regarde en retour, c’est ce qu’on appelle le «regard mutuel». En quelque sorte, vous êtes sur la même longueur d’onde. Et grâce à cette nouvelle méthode de recherche, on vient tout juste de découvrir que cette longueur d’onde du bébé précède et influence la vôtre !
Pareil lorsque les adultes et les bébés prêtent attention au même objet, lorsque l’adulte reflète les émotions du nourrisson et lorsque l’adulte utilise un proto-langage pour communiquer avec le nourrisson.
Le résultat ? Le flux sanguin de l’adulte et du bébé se synchronise.