fbpx

Jouer permet à l’enfant d’apprendre à vivre avec les autres. Quand il joue avec d’autres enfants, un tout-petit apprend à partager, à attendre son tour, à faire des compromis et à régler de petites chicanes. Quand il joue, l’enfant apprend à dire de nouveaux mots, à exprimer ses idées et à se faire comprendre.

 

1. Les enfants apprennent à travers leur jeu.
Ne sous-estimez pas la valeur du jeu. Les enfants apprennent et développent: compétences cognitives – comme les mathématiques et la résolution de problèmes dans une prétendue épicerie
capacités physiques – comme équilibrer des blocs et courir sur le terrain de jeu nouveau vocabulaire – comme les mots dont ils ont besoin pour jouer avec des dinosaures jouets
compétences sociales – comme jouer ensemble dans un prétendu lave-auto
compétences d’alphabétisation – comme créer un menu pour un prétendu restaurant

2. Le jeu est sain.
Le jeu aide les enfants à devenir forts et en bonne santé. Il combat également les problèmes d’obésité auxquels font face de nombreux enfants aujourd’hui.

3. Le jeu réduit le stress.
Le jeu aide vos enfants à grandir émotionnellement. Il est joyeux et fournit un exutoire à l’anxiété et au stress.

4. Le jeu est plus que ce que vous voyez.
Le jeu est simple et complexe. Il existe de nombreux types de jeux: symboliques, sociodramatiques, fonctionnels et avec des règles – pour n’en citer que quelques-uns.
Les chercheurs étudient les nombreux aspects du jeu: comment les enfants apprennent par le jeu, comment le jeu en plein air affecte la santé des enfants, les effets du temps passé devant l’écran sur le jeu, le besoin de récréation pendant la journée scolaire.

5. Prenez le temps de jouer.
En tant que parents, vous êtes les plus grands partisans de l’apprentissage de vos enfants.
Vous pouvez vous assurer qu’ils ont autant de temps que possible pour jouer pendant la journée afin de favoriser le développement cognitif, langagier, physique, social et émotionnel.

6. Le jeu et l’apprentissage vont de pair.
Ce ne sont pas des activités distinctes. Ils sont liés. Considérez-les comme une conférence scientifique avec un laboratoire. Le jeu est le laboratoire de l’enfant.

7. Jouez à l’extérieur.
Souvenez-vous de vos propres expériences en plein air en construisant des forts, en jouant sur la plage, en traîneau en hiver ou en jouant avec d’autres enfants du quartier.
Assurez-vous que vos enfants créent également des souvenirs en plein air.

8. Il y a beaucoup à apprendre sur le jeu
Il y a beaucoup d’écrit sur les enfants et le jeu. Voici une collection de livres à découvrir : Les psy-trucs pour les enfants de…
Les réponses à toutes les questions que les parents se posent face à l’éducation et au développement de leur(s) enfant(s) ! Près de 300 psy-trucs à la portée de tous, qui pourront être appliqués au quotidien et qui faciliteront la vie des parents! • Dois-je laisser mon bébé pleurer la nuit ? • À quel âge devrait-il être propre ? • Comment réagir devant ses crises ? • Comment aider mon enfant à partager ses jouets ? • Dois-je obliger mon enfant à finir son assiette ? • Les querelles entre frères et soeurs sont-elles inévitables ? • Comment favoriser sa confiance et son estime de soi ? • Est-ce normal qu’il ait un ami imaginaire ?…

9. Faites confiance à vos propres instincts ludiques
Rappelez-vous, enfant, comment le jeu est venu naturellement? Donnez à vos enfants le temps de jouer et voyez tout ce dont ils sont capables lorsqu’ils en ont l’occasion.

10. Le jeu est le contexte d’apprentissage de l’enfant
Les enfants pratiquent et renforcent leur apprentissage dans plusieurs domaines pendant le jeu. Cela leur donne un lieu et un temps d’apprentissage qui ne peuvent être atteints en remplissant une feuille de travail. Par exemple, en jouant au restaurant, les enfants rédigent et dessinent des menus, fixent les prix, prennent les commandes et font des chèques. Le jeu offre de riches possibilités d’apprentissage et conduit à la réussite et à l’estime de soi des enfants.

 

…Lorsqu’un enfant a vécu un moment difficile, il peut à travers le jeu revivre les sensations qui l’ont envahi pour mieux les maîtriser et les inscrire dans un scénario qui les ordonnent, leur confère du sens, etc. C’est ce qui se passe très souvent lorsqu’un enfant, après une visite chez le médecin ou le dentiste où il a pleuré, fait subir à la figurine qu’il a entre les mains les « agressions » dont il a été l’objet. Il occupe alors, dans le scénario joué, la place de l’agresseur (le médecin, le dentiste, le parent, l’infirmier, etc.).
Gadeau L. (2017). Etre parent aujourd’hui.