fbpx

Dans le cadre de son cycle «Échanger pour mieux comprendre» spécial Covid-19, la Fondation Attijariwafa bank a diffusé ce lundi 1er juin 2020 sur la chaîne Youtube d’Attijariwafa bank, sa quatrième conférence digitale autour du thème : «Covid-19 : la psyché des Marocains à l’épreuve du confinement».

 

 

Cette conférence a réuni Dr. Hachem Tyal, Psychiatre et Psychanalyste, Mme Nadia Cherkaoui, Psychologue clinicienne et M. Murtada Calamy, Journaliste et Chroniqueur.
Sous la modération de Mme Hanane Harrath, Journaliste, les intervenants ont analysé les raisons pour lesquelles le déclenchement de l’épidémie du Covid-19 a suscité tant d’inquiétude, d’anxiété et d’effroi, contrairement à d’autres maladies chroniques qui affichent pourtant un taux de mortalité beaucoup plus élevé, comme les maladies cardiovasculaires (5 millions de décès par an) et les maladies pulmonaires (7 millions de décès par an). « Nous voyons le monde avec notre subjectivité et cette représentation constitue notre cadre de référence. Contrairement aux maladies chroniques dont nous connaissons les causes, le Covid-19 nous est inconnu et notre effroi de la mort imminente est lié à cette méconnaissance du virus », explique Dr. Tyal.
À l’échelle familiale, le confinement a incité chaque membre à procéder à des réaménagements dictés par une proximité inhabituelle. Sur la durée, cela pose un problème d’équilibre psychologique car chacun doit mobiliser beaucoup d’énergie pour s’accommoder de la présence constante des autres membres. Pour cohabiter, la famille doit donc adopter un autre équilibre au sein du couple, et dans la relation parents/enfants. «Nous avons tous une grande capacité d’adaptation et il suffit de fournir un effort personnel pour rétablir cet équilibre au sein de la cellule familiale», souligne Dr. Tyal.
De leur côté, les adolescents ont vécu ce confinement dans la douleur du fait de leur besoin constant de partager avec les autres de leur âge. «De nombreux adolescents expriment, via des plateformes d’accompagnement et de soutien psychologique, leurs craintes et leur peur du fait de l’omniprésence de la mort à l’extérieur», confie Mme Cherkaoui. À noter aussi la recrudescence des violences faites aux femmes dont le nombre est estimé à 6 millions en situation vulnérable. Au sein de la famille, chaque membre va donc réagir différemment à l’agression psychologique provoquée par le Covid-19, et transférer sa souffrance sur les autres membres.
À travers ce nouveau format de conférences et ses diverses actions citoyennes, la Fondation Attijariwafa bank démontre, une fois de plus, sa volonté de favoriser la proximité avec l’ensemble des citoyens, tout en soutenant un débat constructif autour de thématiques d’actualité qui concernent l’avenir de notre pays.

 

Lien Youtube pour visionner l’intégralité de la conférence : https://youtu.be/kSKO5X5yud8