fbpx

C’est au sein du fort Rottembourg autrement nommé Borj El Kébir que le Musée national de la photographie a vu le jour. Et quand un lieu historique retrouve tout son panache pour mettre en lumière la force de cette expression contemporaine, forcément cela vaut le détour. Détails.

Texte Mélanie Wilms · Photos DR

 

 

Ouvert au public depuis le 14 janvier, le Musée national de la Photographie présente en exposition inaugurale «Sourtna». Orchestrée par Yassine Alaoui Ismaili, mieux connu sous le nom de «Yoriyas», artiste international originaire de Casablanca, cette carte blanche lui permet de montrer les photographes qui, pour lui, font bouger les lignes de la photographie marocaine d’aujourd’hui. Durant près de 6 mois, les visiteurs auront ainsi le plaisir de partir à la découverte des univers de jeunes photographes urbains émergents et confirmés. Rassemblés à dessein par Yoriyas afin de mettre en valeur leur cohérence, leur dynamisme et leur complémentarité, et d’encourager la transmission d’une génération à l’autre, ces photographes valorisent tous à leur manière la scène marocaine actuelle dans toute sa diversité.

Une réhabilitation d’avenir
En prenant place au sein du quartier de l’Océan, le Musée national de la photographie entend donner la possibilité à tous ces quartiers du bord de mer de se tourner vers la culture. Restauré avec soin par la Société Rabat Région Aménagement, sous la tutelle de la Wilaya de la région Rabat-Salé Kénitra, le Fort Rottembourg, Fort Hervé (nom donné par les français) ou encore Borj El Kebir est une fortification érigée à la fin de 19ème siècle afin d’abriter deux canons offerts par les Allemands. Son nom, Fort Rottembourg lui vient de l’ingénieur allemand Walter Rottembourg, qui était l’officier en charge de ces travaux qui débutèrent en 1888. Ayant nécessité pas moins de 12 ans de travaux, il a la particularité d’être le premier bâtiment en ciment armé construit au Maroc. Notons qu’à l’époque de sa construction, le fort était un important symbole diplomatique et représentait un instantané historique des enjeux politiques en présence et plus particulièrement la lutte d’influences entre les Allemands et les Français.