fbpx

L’adolescence est un mouvement plein de forces et d’oppositions, un grand bouleversement, à la fois physiologique, psychologique et relationnel. Que se passe-t-il lorsque l’amour entre en scène durant cette période de grand chambardement? Et surtout comment accompagner celui qui n’est plus tout à fait un enfant et pas encore tout à fait un adulte? La psychothérapeute en Psychosomatique Relationnelle Mounia Blal nous guide.

Texte Michèle Desmottes · Photos DR

 

L’amour est une expérience chimique intense : la dopamine, la noradrénaline, la sérotonine et l’endorphine, qu’on appelle les hormones du bonheur et du plaisir, entrent toutes en éclosion. Cet état rend les ados tantôt impulsifs, tantôt euphoriques, et cela explique les «montagnes russes» qu’ils subissent.

 

Qu’est-ce qui se joue à l’adolescence?
L’adolescence est un passage intermédiaire, une étape de développement de tout être humain qui cerne trois aspects : le physique (le corps), le psychique (le mental, les sentiments) et le social (la relation à l’autre). C’est un processus qui permet aux jeunes en croissance de se réaliser, de s’éloigner de la sphère familiale, de mettre en place leur identité différente que leur clan d’appartenance «la famille» pour aller vers un adulte autonome qui constitue de nouveaux liens d’attachement et sociaux.

L’amour exclusif!
Tout petit, en toute inconscience, l’enfant tombe amoureux fou de son parents du sexe opposé, le fameux complexe d’Oedipe qui l’aide à construire son identité féminine ou masculine. A l’adolescence, tout se rejoue, votre ado a le sentiment d’avoir trouvé un amour absolu qui fait origine à son premier amour existentiel, «l’Oedipe». L’amour, ça s’apprend et le chagrin d’amour fait partie de l’amour. Chaque histoire d’amour lui apprend à mieux cerner ses besoins et ses désirs, à mieux comprendre ceux des autres aussi.

L’amour, un allié ou un ennemi?
L’ado a besoin d’un alter ego qui lui sert d’appui pour quitter l’orbite familiale. Il apprend à se découvrir, à s’aimer dans le regard des autres, il a donc besoin d’eux pour évoluer et grandir, il réalise qu’il plaît. Cela renforce son narcissisme et ses expériences. Cela le fortifie et le nourrit aussi. Le premier amour à l’adolescence caractérise probablement les facteurs émotionnels et les circuits neuronaux des personnes durant toute leur vie. Aider l’adolescent à vivre sa première relation amoureuse sereinement et paisiblement, participe à lui donner toutes les chances pour que ses relations futures le soient aussi. En revanche, une relation pénible et amère risque d’augmenter les risques de répéter inconsciemment cette mauvaise expérience.

Comment accompagner ces premières amours?
Le rôle des parents est très important durant cette phase qui peut être critique. Il est essentiel de communiquer avec l’adolescent sur les bases d’une relation saine. Discuter avec lui des nouveaux sentiments qu’il ressent l’aidera à se rendre compte des pièges éventuels d’une rencontre, et lui permettra d’avoir les outils pour construire ultérieurement une relation solide. Toute la subtilité est d’aborder son ado sans être dans une intrusion nuisible et lui expliquer que lorsque nous tombons amoureux, c’est bien plus émotionnel que réfléchi.