fbpx

Les jeux et jouets électroniques sont plébiscités par les enfants et les promesses sur leurs emballages nous font craquer. Qui ne voudrait pas que son petit chéri apprenne à lire ou à découvrir l’univers en s’amusant. Oui mais… ils ont leurs limites et leurs dangers. Docteur Houda Hjiej, pédopsychiatre, nous en parle.

Texte Michèle Desmottes · Photos DR

 

Les écrans peuvent être positifs si l’utilisation est cadrée dans le temps et supervisée.

 

Quelle place doivent avoir les jeux électroniques dans l’environnement des tout-petits?
Ce sont de bons outils de stimulation ou d’apprentissage à condition qu’ils ne soient pas utilisés de façon exclusive et que leur usage se fasse dans le cadre d’un accompagnement interactif par l’adulte. Ces jeux, comme tout autre objet ludique, peuvent être utilisés comme médiateurs d’une interaction positive entre l’enfant et l’adulte. Le plus important est de varier les supports de jeu dans leur texture, leurs modalités et les réseaux sensoriels qu’ils sollicitent. Et comme pour tout autre objet électronique, la durée d’utilisation doit être cadrée. L’enfant doit garder le plaisir de manipuler les objets traditionnels du jeu et de l’apprentissage, le livre, les cubes, les lego et autres.

Et chez les 6/12 ans?
Les tablettes interactives et consoles ne sont pas nécessaires à l’apprentissage de la lecture. En tous les cas, il n’est pas souhaitable qu’elles soient utilisées comme premier outil d’initiation de l’apprentissage. Il faut surtout qu’elles ne soient pas les seules. Par contre, il n’y a pas de mal à ce que l’enfant les utilise pour se distraire et joindre l’utile à l’agréable. Pour qu’elles soient bénéfiques, même à cet âge, l’accompagnement par un adulte est souhaitable pour préserver le plaisir social et interactif du jeu et éviter que le jeu ne devienne une répétition stérile à caractère addictif pour l’enfant.

A partir de quel âge peut-on donner un Smartphone à son enfant? Quels sont les conseils à lui donner?
Les différentes études préconisent que l’on ne donne un téléphone à un enfant qu’à partir de 11 ans et un Smartphone avec accès à internet à partir de 13 ans.

Quelles limites/protections, les parents peuvent-ils imposer?
Il est important de sensibiliser les enfants aux risques encourus par l’utilisation des réseaux sociaux, notamment la publication des données personnelles ou la communication avec des inconnus. Les parents doivent avoir le courage d’aborder tous ces sujets sans tabou dès que l’enfant a un accès libre à l’information. Il est également essentiel d’instaurer des limites de temps d’utilisation.

On entend parfois parler d’enfants accro aux écrans, comment réagir?
D’abord en faisant de la prévention, ce qui veut dire lutter très tôt pour que les écrans ne deviennent pas la source exclusive de plaisir pour l’enfant. Il faut rappeler que les écrans offrent un plaisir facile, immédiat et obtenu sans effort. Il est en outre accessible à tout moment! C’est donc bien tentant!
Quand l’addiction au jeu s’installe, il faut d’abord se demander quel manque les écrans viennent combler.