fbpx

Non, tout n’est pas toujours joie et bonheur sous le sapin. Parfois, l’ouverture des cadeaux est suivie de pleurs et de frustrations. Que donner, combien donner et surtout comment réagir face à un enfant déçu? On se tourne vers Ghita Ettahri, pyschothérapeute intégrative et spécialiste en constellations familiales.

Texte Michèle Desmottes · Photos DR

 

 

 

«Ils pouvaient glisser dans les cadeaux qu’ils faisaient de l’amour… C’est de cette manière-là que nous étions gâtés…»
L’écrivain Jean Giono évoquant des objets simples mais donnés par des parents aimants.

 

Comment être sûr donner le bon cadeau de Noël à un enfant?
Au-delà du bon cadeau, il existe de «bons donneurs». Ils prennent le temps de noter les envies et les attentes de chacun. Ils s’investissent dans chaque achat afin d’être sûrs de faire plaisir.

Lorsqu’il s’agit de nos enfants, nous ne comptons pas…
Effectivement, nous sommes tentés de croire que plus nos enfants auront de cadeaux, plus ils seront heureux. C’est en réalité loin d’être le cas : en recevoir beaucoup a généralement pour conséquence de retirer de l’importance à chacun des cadeaux reçus. Le risque est que l’enfant ne trouve plus de plaisir dans l’objet lui-même et qu’il ne ressente plus qu’un plaisir passager de possession. Le «toujours plus» entraîne très vite le «jamais assez» et a tendance à rendre l’enfant systématiquement insatisfait.

Quelles règles peut-on instaurer?
Au sein des famille, il n’est pas rare qu’une certaine compétition s’installe entre parents, grands-parents… à qui fera le plus plaisir à l’enfant. Dans ce cas, il est recommandé de demander à chacun de faire un seul cadeau ou, lorsque c’est possible, qu’un cadeau commun soit offert.

Faut-il toujours suivre les désirs des enfants?
Il s’agit surtout de choisir des cadeaux qui correspondent à leurs besoins. En d’autres termes, ce que souhaite l’enfant n’est pas forcément ce qui le rendra le plus heureux. Il est parfois plus attaché à l’image que lui renvoie l’objet demandé qu’à sa valeur ou sa qualité. Les diktats du marketing télévisé et l’envie de ressembler aux autres sont terriblement puissants! Tant qu’à faire, autant privilégier des jouets qui vont permettre à l’enfant de se développer, de créer, d’imaginer tout en s’amusant.

Que faire lorsque l’enfant est déçu ou réclame toujours plus de jouets?
Il me paraît intéressant de lui faire prendre conscience de ce qu’il a déjà et de l’encourager à redécouvrir ses propres jouets. Il faut essayer de ne pas accéder immédiatement aux désirs de son enfant. Cela l’aidera à travailler la frustration et à développer son envie, ce qui est très important pour son épanouissement à long terme.

 

«(le cadeau) peut être ressenti comme un manque d’amour à notre égard. A l’âge adulte, la tentation est forte-et inconsciente- d’offrir ce «cadeau-transfert» à l’objet de notre amour. On réalise alors un rêve d’enfant par procuration.»
Le pédo-psychiatre Francoise Dolto.