fbpx

La «Slow Life» vous connaissez ? Dans la lignée du «Slow Food», cette tendance prône une attitude de bien-être et d’éthique de vie, où prendre le temps de profiter est de mise. Un état d’esprit qui remet en cause les notions de rentabilité comme d’efficacité en vigueur. Etes-vous plus fast que slow? Pour le savoir, faites le test.

Texte wissal faris

 

1. Selon vous, le temps :
A. File à toute vitesse, pas de temps à perdre
B. Joue en votre faveur, celui de l’expérience
C. S’étire quand on se met sur pause

2. Quand vous êtes débordé(e) de travail
A. Vous rapportez vos dossiers à la maison
B. Vous déléguez, la charge est mois lourde
C. Vous vous recentrez pour parer au stress

3. Le week-end approche, le plus souvent :
A. Vous êtes surbooké(e)
B. Le boulot reste au bureau, week-end, c’est family time
C. Vous improvisez

4. Que vous évoque la lenteur ?
A. Un frein à atteindre un objectif
B. La profondeur des relations
C. Le rythme inéluctable des saisons

5. Dans la vie, vous avez plutôt tendance à :
A. Anticiper
B. Planifier
C. Contempler

6. Ce qui fait votre bonheur :
A. Un job d’enfer
B. Une famille de rêve
C. Une forme exemplaire

Résultats
Maximum de A : Fast et heureux (se)
A première vue, l’esprit « slow » semble bien loin de vos comportements actuels. Une vie bien remplie comble votre nature « hyperactive ». Mais est-ce que cela comble toutes vos attentes ? Et si vous vous accordiez une pause pour vous poser la question. Peut-être que plus de modération vous permettrait de mieux vivre en famille ?

Maximum de B : Slow working
Pour vous, la qualité de vie prime sur les avantages d’un job de rêve. A la réussite, financière comme sociale, cadencée par la nouvelle technologie et la productivité, vous préférez répondre par le choix d’un métier ou d’horaires qui corresponde davantage à vos attentes personnelles.

Maximum de C : Slow et bien-être
Pour vous, la « slow attitude » passe par l’écoute du corps et le respect des rythmes intérieurs. Sans forcément être en rupture avec les codes de performance, vous négociez. Et face à la frénésie ambiante, vous répondez par des pauses de médiation ou de yoga ou encore vous cédez à vos désirs légitimes de farniente,… avant de repartir du bon pied.