fbpx

C’est dans un univers ethno-chic mais totalement contemporain et surtout plein de couleurs et d’énergie que nous invite Natacha Baco. La jeune créatrice déploie son talent avec autant de bonheur dans la décoration comme dans la mode avec des collections conçues sur-mesure ou demi-mesure. Rencontre.

Par nadia bouanani Photos DR

 

Pouvez-vous nous parler des débuts de la marque Natacha Baco ?
J’ai commencé en développant une marque créateur, L’initée, vendue dans une boutique parisienne, Paperdolls, pour ne pas la nommer. Au bout d’un an, j’ai arrêté pour deux raisons. Il me fallait surproduire, pour proposer toutes les tailles, un vrai gâchis, une perte d’argent et d’énergie. Et puis, je me sentais frustrée car je ne pouvais pas présenter tout l’univers que j’avais en tête, la décoration notamment. Au bout d’un an, j’ai tout arrêté pour me consacrer au concept des petites séries et du sur-mesure, auquel je pensais depuis longtemps.

Avec des tissus ethniques, des couleurs qui claquent, des coupes contemporaines, créatives et «internationales», est-ce que ce style très affirmé a tout de suite trouvé son public ?
Oui, car beaucoup de personnes étaient en attente de coupes contemporaines qui mettent en valeur des tissus qui furent tellement décriés par certains. J’ai d’ailleurs reçu énormément de messages de remerciements.

Coup de cœur pour votre signature «Hand made with love Made in France», c’est vraiment vrai ?
Mes clientes le savent, c’est totalement «fait main avec amour made in France». Je ressens un réel bonheur à confectionner des créations avec un souci permanent du détail.

Le sur-mesure est-il à la portée de toutes les bourses ?
C’est comme tout, tout dépend de ce que recherche la cliente. Je peux proposer un article à 80 euros qui sera considéré, par certaines, comme un prix juste et comme excessif, pour d’autres. Il faut savoir que toutes mes collections sont vendues uniquement en sur-mesure pour les clientes en région parisienne et en demi-mesure pour toutes celles qui ne peuvent se déplacer. Les créations proposées sur le site, sont conçues uniquement à cet effet, lors de ventes flash.

Vous vouliez qu’une marque qui sublime les femmes fasse aussi sourire les enfants avec votre engagement solidaire pour l’association La Liane. Pouvez-vous nous en parler ?
C’est tout simple. Avant de débuter ma vie de créatrice, j’étais salariée et je faisais un don à une association au moins une fois par an, en général en fin d’année. Lorsque je me suis mise à mon compte, je réinvestissais automatiquement les bénéfices dans la société afin de lui permettre de se développer.
Du coup, je remettais mes dons au lendemain. Quand j’ai commencé à créer sous mon nom personnel, j’ai voulu intégrer la dimension de don dans ce projet. Etant d’origine africaine, j’ai cherché à travailler avec une association qui agissait sur le continent pour les femmes et les enfants, d’où mon partenariat avec l’association La Liane.

Comment se procurer, depuis le Maroc, vos créations ?
Il suffit de me contacter via mon site internet www.by-natachabaco.com et je proposerai aux clientes des création en demi-mesure. C’est aussi simple que cela.