fbpx

Beaucoup de spécialistes s’accordent à dire que le petit déjeuner est un repas primordial, à ne surtout pas mettre au second plan. Seulement, il est souvent dur de l’imposer à son enfant.

Texte sanaa eddaif

 

Malgré quelques études récentes mettant en doute l’importance du petit-déjeuner, la plupart des spécialistes restent formels : un petit-déjeuner sain et équilibré vous permet d’éviter les coups de barre et le grignotage entre les repas. D’ailleurs, celui-ci est censé couvrir 25% de nos besoins énergétiques journaliers.
Ainsi, votre enfant évitera les sensations de faim au milieu de la journée, un phénomène souvent dû à un petit-déjeuner trop léger ou absent.
Autre bienfait de ce premier repas de la journée : il aurait une influence sur la corpulence de votre enfant. En effet, plusieurs études démontrent que les personnes (en général) prenant quotidiennement un petit-déjeuner ont un plus faible indice de masse corporelle. A l’heure où de nombreux enfants souffrent d’obésité, voici un argument à ne pas prendre à la légère.
De plus, il est particulièrement important pour l’enfant de bien se nourrir le matin car un petit déjeuner est censé améliorer ses performances intellectuelles, sa mémoire et sa concentration avant l’heure du repas de midi. Des effets accentués par la prise de petit-déjeuner riche en glucides.
Ce n’est donc pas pour rien que l’OMS, dans le cadre de sa stratégie pour l’alimentation et la santé, confie aux parents le rôle de faire prendre à leurs enfants un petit-déjeuner tous les jours avant d’aller à l’école et d’opter pour des collations saines telles que les fruits et les céréales complètes tout en limitant les sucres ajoutés.
Seulement, c’est une tâche certes facile sur le papier, mais au quotidien, elle peut rapidement devenir impossible.
Le matin, on peut manquer de temps entre le réveil des enfants, leur toilette, leur habillage et les vôtres. De plus, les enfants sont souvent friands de mets sucrés au petit-déjeuner, ne pouvant faire l’impasse sur leur pâte au chocolat à tartiner ou leurs viennoiseries (ce qui n’est pas conseillé). Certains, souvent au stade de l’adolescence, ne souhaitent tout simplement pas manger le matin. Alors que faire ?

Astuces malines
Pour pallier à votre manque de temps le matin, il y a plusieurs astuces comme préparer les habits et le cartable des enfants la veille au soir.
Il est possible aussi de préparer la table du lendemain au même moment. Vous pouvez également vous organiser pour que toute la famille se réveille un petit quart d’heure plus tôt. Ainsi, votre enfant aura peut-être un peu plus faim au bout de ces quelques minutes d’attente. Evitez de charger les repas du soir, ce qui amoindrit la faim au matin. Et si votre enfant ne veut toujours pas manger, emmenez-le à l’école avec des collations saines telles qu’un fruit, une petite brique de lait et une barre de céréales. Il aura sûrement plus faim deux heures plus tard.

Conseil du spécialiste
Bouchra Benchekroun, nutritionniste
«Chaque enfant est différent, il faut faire attention à son horloge biologique. Certains n’ont pas du tout faim le matin mais sur le coup de 10h, ils auront une fringale qui les orientera vers des sucres rapides. Ce qu’il faut éviter à tout prix. Souvent, l’enfant ne souhaite pas manger d’aliments solides le matin, encore embué de sommeil. Pourquoi ne pas opter pour le liquide alors. Sortez votre centrifugeuse et chaque matin préparez vos fruits et légumes afin qu’il se prépare lui-même le cocktail de son envie. Vous pouvez même lui apprendre à faire des smoothies en ajoutant le lait aux fruits et pourquoi pas quelques céréales dessus. Et voici un petit-déjeuner tout aussi équilibré que ludique».