fbpx

Votre conjoint a décidé de ne plus travailler. Que l’on soit homme ou femme, les répercussions ne seront pas les mêmes. Si l’idée qu’une femme puisse être sans revenu, quand il s’agit du mari, à moins d’être rentier, c’est tout l’équilibre du couple et plus largement de la famille qui en est lourdement perturbé.

Texte dorothée paz

 

« Il y aura même la honte d’être en société, la honte de devoir dire la phrase blessante :
«Mon mari ne travaille pas !» »

Il s’arrête pour des raisons de santé ?
Un problème de santé survient. On se retrouve devant l’obligation d’arrêter son activité et de se ménager. Soit parce que la fatigue est belle et bien là, soit parce que les traitements en perspective peuvent se révéler lourds à gérer au quotidien. Face à cette réalité, le conjoint, qu’il soit homme ou femme, se verra dans l’obligation de jouer la carte de la compréhension. Patience et ténacité permettront de dépasser cette épreuve en espérant des jours meilleurs.

Ou bien est-ce pour d’autres raisons… plus difficiles à justifier ?
Si la santé n’est pas en jeu dans cette décision, on s’interroge alors sur la légitimité d’une telle prise de risque. Il est évident, en effet, que les conséquences peuvent être très lourdes pour le conjoint qui se voit dans l’obligation de supporter et d’assumer seul les dépenses quotidiennes du foyer. Pour celui qui arrête, cette pause peut se justifier pour donner un nouveau sens à sa carrière, se réorienter, changer de cap. Dans ce cas, une phase «contemplative» durant laquelle se recentrer sur soi-même peut se révéler nécessaires. Mais en attendant que le déclic ait lieu, c’est au partenaire de prendre son mal en patience.

Quel que soit le motif, il y aura un vrai déséquilibre !
Car à moins d’être rentier, il est évident qu’un homme sans activités et sans revenus se verra destitué de son statut de chef de famille. Et dans la société marocaine, l’idée que l’on se fait du mari, du père, c’est encore et toujours le responsable et le pourvoyeur des besoins de sa femme et de ses enfants. Mais quand dans la réalité, c’est Madame qui gagne clairement plus, voire la totalité des moyens de subsistance, un déséquilibre jalonne le quotidien du couple, tant pour les questions matérielles du quotidien que pour les échanges entre les partenaires. Même si l’épouse touche un bon salaire, suffisant pour assumer seule son foyer, elle a tout de même besoin de se sentir accompagnée d’un homme. Et ce besoin de sécurité passe forcément par la prise en charge financière du foyer. L’épouse pourrait même se sentir accompagnée d’un flemmard, voire à terme d’un vrai fainéant.

Attention danger
L’avis de l’expert, Bernard Corbel, psychologue, spécialiste du couple.
« Je ne voudrais vraiment pas être cet autre qui se verrait dans l’obligation de continuer son activité tandis que son partenaire abandonne la sienne. Tous les espoirs de stabilité et de prospérité familiale s’effondrent. Toutes les responsabilités désormais vous incombent tandis que votre partenaire décide de se mettre en vacances ! Si j’étais une femme, déjà consciente de vivre dans un système qui ne m’accorde pas un héritage égal à celui d’un homme, même si je travaille, comment pourrais-je supporter, sauf à être manipulée, un partenaire qui va profiter des fruits de mon travail sans contribuer à la richesse familiale ? »